La psychanalyse, un antidote à l’idolâtrie politique ?

Article publié dans le n°1172 (01 mai 2017) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Commençons par le commencement : si l’on veut s’attaquer à l’idolâtrie des autres, et notamment des politiques et de leurs porte-parole, il vaut mieux commencer par connaître la sienne.

Balayer devant sa porte


L’idolâtrie envers Freud ou Lacan offre des traits caractéristiques :


- La parole du maître est une référence obligatoire ; quel que soit le sujet dont on parle, il convient de la rapporter avec révérence, quitte à la contester (un petit peu) ; mieux, elle peut être posée en surplomb de toute autre explication de la nature humaine ; par exemple, Lacan aurait tout dit sur… la religion, le désir, la femme, etc.


- S’il est possible d’avancer plus loin que les thèses du maître, ce ne peut être que dans ses p...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine