Zone franche. Promenade

Article publié dans le n°1209 (16 févr. 2019) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

À Éric Holder


Que l’industrie du bonheur soit un lucratif instrument de propagande au service d’elle-même et de l’abêtissement par la réussite, on n’avait pas attendu Happycratie[1]pour s’en rendre compte. Mais la lecture de cet essai étoffe et étaye mes griefs envers cette idéologie-machine à fric, qui promeut la dictature du bien-être, la psychologie positive, les prestations de coaching, le self-help et autres conneries sournoises visant à nous...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine