Yiddish et littérature israélienne. Entretien avec Gilles Rozier

Écrivain, auteur, entre autres, de « Moïse fiction », « Un amour sans résistance », « D’un pays sans amour », traducteur du yiddish et de l’hébreu, Gilles Rozier a dirigé la Maison de la culture yiddish de 1994 à 2014, créé la revue littéraire en yiddish « Gilgulim » en 2008 et fondé, en 2016, avec Anne-Sophie Dreyfus, les éditions de l'Antilope. Place à quelques réflexions sur la littérature israélienne actuelle et sur les écrivains créant en yiddish…

Véronique Bergen : Pouvez-vous évoquer la ligne éditoriale, les objectifs des éditions de l’Antilope, que vous avez fondées avec Anne-Sophie Dreyfus, et présenter certains des auteurs que vous publiez, comme Daniella Carmi, Rachel Shalita, ainsi que leur place dans la littérature israélienne ? 


Gilles Rozier : Les éditions de l’Antilope publient des textes inédits rendant compte de l’existence juive sur les cinq continents, des traductions en français ou des textes d’écrivains francophones. Les Juifs vivent – ou ont vécu – aux quatre coins de la te...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi