Vues sur l’esclavage et son abolition

Le 23 mai, un hommage est rendu aux victimes de l’esclavage colonial. Ce passé pas très reluisant (en témoignent les réticences à célébrer ou même à introniser cette journée de commémoration) est encore en train de s’écrire, à travers des choix de corpus particulièrement variés.
Marcel Dorigny
Bernard Gainot
Atlas des esclavages. De l'Antiquité à nos jours (Autrement)
Olivier Grenouilleau
La révolution abolitionniste (Gallimard)
Randy J. Sparks
Là où les nègres sont maîtres (Alma)

Le 10 mai est devenu journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leur abolition. Outre cette date, celle du 23 mai fait débat : journée nationale de commémoration en hommage aux victimes de l'esclavage colonial. Cette double commémoration n’est pas du goût de tous, car elle dégage essentiellement les deux grands poncifs sur le sujet : celui de l’homme occidental et celui de la victime. Serait-ce faire acte de repentance que de célébrer le 23 mai ? Des discours idéologiques se font entendre dans les « débats » autour de ces commémorations. Il reste que l’histoire de ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi