Sur le même sujet

Vlad le destructeur (2e partie). Le chasseur de « banderistes »

 

Poutine a décrit avec force détails, en juillet 2021, la place que l’Ukraine doit occuper dans la Grande Russie. Pour cela, elle doit être purgée de l’ultranationalisme qui l’empoisonne depuis près d’un siècle, et dont les rejetons sont nommés « banderistes » et « nazis » dans la mesure où ils n’ont cessé de lutter contre l’URSS. Or depuis 1991 l’Ukraine a choisi une voie médiane : ni la subordination à la Russie (malgré la prise de la Crimée, qu’elle n’accepte pas), ni un nationalisme étroit (d’où ses demandes répétées d’adhésion à l’Union européenne). Son union face à l’inv...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi