A lire aussi

Vive le yiddish !

Il y a moins d’un siècle, la véritable langue cosmopolite en Europe était le yiddish, pratiqué par onze millions de locuteurs. Deux romans écrits dans cet idiome viennent d’être traduits en français. Ils tendraient à confirmer l’observation d’Isaac Bashevis Singer selon laquelle la littérature yiddish était condamnée avant même sa naissance.
Eli Chekhtman
La charrue de feu (Buchet-Chastel)
Israël Joshua Singer
De Fer et d'acier (Denoël)

L’année dernière, lors d’une visite du ghetto de Venise, notre guide a évoqué des rafles « allemandes » en 1943 et 1944, puis elle s’est corrigée, expliquant qu’elle s’était mal exprimée, que leurs organisateurs n’étaient pas « allemands » mais « nazis » – d’autres visiteurs, venus du pays de Goethe, l’avaient déjà critiquée sur ce point.


Friand de polémique, j’ai répondu que, s’agissant des soldats portant l’uniforme de l’Allemagne, le terme qu’elle avait d’abord employé convenait très bien. Mon observation a fâché la jeune Anglaise qui se trouvait ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi