A lire aussi

Vitrine en cours...

La chaleur des mots


Cathédrale 


Jean-Paul Klée est un poète strasbourgeois sans peur de l’originalité ni angoisse de la page blanche. Depuis 1970, son verbe est proliférant comme les fioritures décoratives de la cathédrale de Strasbourg, « religieuse hyperbole de la pierre », à laquelle il consacre son poème Kathédrali (Andersen, 2018). Olivier Larizza, préfaçant ces 1 688 vers, remonte jusqu’au Temple de George Herbert (1633) pour documenter l’entreprise. Nulle commune mesure cependant avec ce poème baroque et fou, mixant les langues et les...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine