Sur le même sujet

A lire aussi

Vénus et la corde à linge

Article publié dans le n°1186 (16 janv. 2018) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Ne dites pas de Ronan-Jim Sévellec qu’il est miniaturiste, il ne l’est pas. Sculpteur, modeleur ou fabricant de boîtes-vitrines, il travaille hors des sentiers traditionnels de l’art contemporain.

EXPOSITION

« Ronan-Jim Sévellec. Les boîtes magiques »

Galerie Antonine Catzéflis

(23, rue Saint-Roch 75001 Paris)

Du 24 novembre 2017 au 17 février 2018

Ronan-Jim Sévellecest capable de poser une corde à linge au cou de la Vénus de Milo, preuve s’il en fallait qu’il n’est pas un simple miniaturiste recopiant scrupuleusement le réel. Il s’est spécialisé dans un art que l’on dit « singulier », parce qu’il illumine le réel et n’est pas aisé à classer, même si ses boîtes vitrées nettement parallélépipédiques se rangent d’elles-mêmes très bien contre un mur droit. C’est plutôt une forme de démiurgite aiguë qui l’a frappé, le poussant à laisser son imaginaire cristalliser les magnifiques créations que lui procurent les menus objets qu’il entas...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi