A lire aussi

« Vaincre l'inerte ». Entretien avec Éric Pessan

Romancier des existences décalées, déplacées ou marginalisées, Éric Pessan se projette cette fois dans la figure mythique de Don Quichotte : à la fois roman, essai, théâtre et poème, « Quichotte, autoportrait chevaleresque » explore l’espace possible de nos révoltes dans un monde de déchirure, de solitude et d’injustice. Écrire ou réécrire le « Quichotte », au-delà de l’hommage à Borges, c’est penser l’imaginaire, dire les pouvoirs de la littérature et identifier ce qui reste de notre héroïsme.

Luc Vigier : Éric Pessan, qu’est-ce qui a, au départ, conditionné l’écriture de Quichotte, autoportrait chevaleresque (Fayard, 2018) ? 


Éric Pessan : Cela fait longtemps que je tourne autour du Quichotte avec cette idée d’oser, ou de ne pas oser. Et, à un moment, ce qui a peut-être un peu changé ces dernières années, c’est que je me suis brusquement autorisé à le faire, tout simplement. Il y a un mythe du Quichotte : c’est à la fois un Himalaya et une baleine blanche ! À un moment, j’ai lâché prise. Il f...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi