A lire aussi

« Une petite harmonie »

Article publié dans le n°1210 (01 mars 2019) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Il est paru récemment chez Fata Morgana ce qu’on pourrait appeler un « recueil d’aphorismes », bien que l’objet du savoir de ces derniers soit un non-savoir (ou un « savoir » continu qui prendrait son chemin de la naissance – naître – à la mort – n’être pas). L’auteur en est Christian Doumet.
Christian Doumet
Aphorismes de la mort vive

D’où vient le sentiment de perdition qui traverse ce livre ? Il semble que l’écriture de Christian Doumet prenne appui sur l’inhumain (afin d’exprimer l’humain), c’est-à-dire sur la perte, le néant. Elle témoigne de l’homme, en témoignant de la perte de l’homme. Dans l’instant précis où tout semble disparaître dans l’absence d’un proche, l’écriture s’attelle à la tâche de l’attoucher : le livre, alors, s’apparente à un lieu où il n’y a plus personne, où personne est, pour rejoindre ce non-lieu où le disparu demeure. 


J’appelle « mort vive » l’art de ne pas renoncer a...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine