Sur le même sujet

A lire aussi

Articles du même critique

Une œuvre singulière et marquante

Toute une littérature s’enroule de manière involutive autour de la figure du disparu: comment dire la perte? En quoi le remaniement psychique qui s’ouvre avec le travail de deuil s’inscrit-il dans un projet d’écriture? Dans Thésée, sa vie nouvelle, Camille de Toledo nous propose le récit de sa fréquentation du « royaume des ombres », où sont retenus captifs les membres de sa famille.
Camille De Toledo
Thésée, sa vie nouvelle

Thésée, sa vie nouvelle est un récit qui entrelace l’enquête généalogique et le chant funèbre, le lamento, la déploration, le requiem[1] comme forme musicale ou poétique, le thrène, comme le qualifie Michel Deguy dans ses deux livres de deuil[2].


Dès les premières pages se déploie un puissant réseau métaphorique qui articule la mémoire et l’oubli, le lien et la coupure, la corde et le vide : « la corde qui lie les âges et les mémoires, le pass...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi