Sur le même sujet

A lire aussi

Livre du même auteur

Une nouvelle pratique de la lettre

Article publié dans le n°1161 (14 nov. 2016) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Face aux flots, aux flux de livres qui sortent chaque année, chaque jour, dans le monde (environ neuf livres édités par heure en France), l’écrivain, le performer et musicien électro-rock Mathias Richard a mis en place une nouvelle praxis de l’écriture qui prend acte d’un fait – la production asymptotique des œuvres sur terre – et y apporte une réponse : la proposition de ce qu’il nomme « syntexte », condensation-compression d’innombrables jeux textuels en fragments qui s’agglutinent, se télescopent.

Avec syn-t.ext, Mathias Richard nous propose la première nouvelle écriture, ravageante, sortie de ses gonds, sœur des mutations anthropologiques et esthétiques induites par le net, par l’informatique, les nanotechnologies, la biologie moléculaire. Nul besoin d’être Champollion pour lire-déchiffrer les chants mutants scandés sous divers niveaux de synthèse. Le codex qui porte l’écrit et l’oral à un point de fusion ne s’apparente pas à une nouvelle pierre de Rosette. Fondateur d’un mouvement esthétique dénommé l’agrégat mutantiste, l’auteur pose un geste de survie. Non plus, selon...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi