A lire aussi

Livre du même auteur

"Une muraille de langage"

Le personnage principal de ce roman, Thomas, est affronté au langage. Tel qu’il se manifeste proche et impénétrable à la fois dans l’intimité familiale, le langage n’est que du sens dérobé : « le plus étonnant pour moi, concernant la famille, c’était quand ils se tenaient tous assis dans la pénombre ; et que sortait de leurs bouches une sorte de psalmodie dont le rythme lent et sinueux, dont le timbre sombre d’une gravité sépulcrale contaminait l’air lui-même ». Il ne parvient pas à apprendre de langue étrangère, et tente, lui, le jeune frère, de comprendre le journal tenu par ses deux sœurs jumelles mortes et qui lui paraît indéchiffrable.

L’homme qui parle dans ce livre vient vivre sur la côte, parmi les goélands et les rochers, il a vendu son appartement pour traduire ce journal. Sur cette côte, où il est né, il rencontre un inconnu qu’il nomme l’intrus et qui est comme « l’étrangereté » du langage devenu une personne avec toute l’opacité que cela comporte, mais dans une sorte aussi de réciprocité. L’intrus, comme le narrateur, vit seul, entouré de choses à déchiffrer. Chacun raconte des faits mais transmet surtout l’atmosphère de grisaille qui entoure les choses. Ils vivent l’un et l’autre dans un mal-être imp...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine