A lire aussi

Articles du même critique

Une logique de l’altérité

Il faut lire « La Logique et l’Amour et autres textes », de Catherine Millot, réédition d’un ensemble d’articles paru en 2015, auquel sont adjoints deux inédits, nouant expérience analytique, expérience littéraire et expérience intérieure pour affirmer le droit de « penser sans boucher les trous de l’univers », pouvoir étirer le temps et la solitude, écouter ce qui en chacun murmure, un savoir que la mémoire porte mais que les discours dominants effacent.
Catherine Millot
La Logique et l’Amour et autres textes

Ainsi après les importants essais que sont La Vocation de l’écrivain (Gallimard, 1991), Gide, Genet, Mishima, Intelligence de la perversion (Gallimard, 1996), La Vie parfaite, Jeanne Guyon, Simone Weil, Etty Hillesum (Gallimard, 2006), trilogie sur la clinique de l’écriture, après le beau livre Ô Solitude (Gallimard, 2011), parcourant magistralement la part d’enfance et de jouissance, de douleur d’être au fondement de l’écriture, après le récit pudique et subtil La Vie avec Lacan (Gallimard, 2...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi