Une littérature presque millénaire

Article publié dans le n°1213 (16 avril 2019) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Au cours de son parcours quasi millénaire cheminant à la lisière de l’Orient et de l’Occident, un parcours tantôt fécond tantôt périlleux, la littérature serbe a su garder son ouverture d’esprit et bénéficier d’influences stimulantes, mais aussi se forger une forte identité nationale.

Dositej Obradović

Il n’y a pas de « grandes » et de « petites » littératures. Il n’y a que celles, vitales, qui perdurent à travers les siècles, qui parviennent à se réinventer après nombre d’épreuves, et celles qui se pétrifient ou même se taisent complètement avec le temps, deviennent muettes pour les lecteurs – car les littératures comme les civilisations, pour paraphraser Paul Valéry, sont mortelles – ou, pire encore, se transforment en leur contraire : un divertissement qui tue la créativité et dégage un sentiment de vide. La littérature serbe appartient aux premières citées. Mais elle aussi...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi