Sur le même sujet

A lire aussi

Articles du même critique

Une histoire des situationnistes

Nous croyons bien connaître le situationnisme. Il appartient au paysage de l’histoire des idées, de l’histoire des « années 1968 » et de l’histoire de l’art. Expositions, dépôts d’archives, ouvrages l’ont documenté. Il faut s’en réjouir : le chercheur qui s'attelle à en écrire l’histoire n’aborde pas une terre vierge. Mais il a aussi affaire à une image pour partie mythifiée, image relayée par le culte comme par le rejet dont le situationnisme est tour à tour l’objet.
Eric Brun
Les situationnistes. Une avant-garde totale
(CNRS)

La sociologie, attachée à « chasser les mythes » comme l’écrivait Norbert Elias, n’est pas la plus mal placée pour comprendre les conditions sociales de possibilité d’un mouvement qui a poussé à son point le plus extrême la logique des avant-gardes. C’est là l’entreprise, réussie, à laquelle se livre Éric Brun. Quand les avant-gardes antérieures, voire contemporaines des situationnistes, adoptèrent souvent des positions politiques radicales sans pour autant se transformer en mouvement révolutionnaire à part entière, ni cesser de produire des œuvres – et ce même lorsqu’elles se ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi