Sur le même sujet

A lire aussi

Une histoire de compagnonnage

Article publié dans le n°1141 (14 déc. 2015) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

À lʼoccasion de la réédition en DVD-BR par Gaumont Films de sept films du cinéaste et du vingtième anniversaire de sa disparition, revenons sur Louis Malle, cinéaste français un peu dédaigné, pourtant auteur dʼune oeuvre majeure, protéiforme, gargantuesque, qui mêle lʼintime à lʼHistoire, le roman à lʼautobiographie, le local et le global. Et qui fait montre dʼune passion pour la littérature, française et étrangère, romanesque et théâtrale, passée et contemporaine. Revenons sur ses relations avec les écrivains.

Comme le remarque son biographe Pierre Billard, Louis Malle eut un compagnonnage très précoce avec la littérature. Boulimique de livres, il y est initié à la fois par le contexte – l’Occupation –, la bibliothèque paternelle, qui regorge de Jules Verne et d’autres ouvrages moins licites – Gide – , et la présence de son frère aîné, Bernard, qui l’initie à des auteurs peu orthodoxes – Drieu la Rochelle, René Crevel ou Jacques Rigaut, lesquels exerceront une influence décisive sur son oeuvre de cinéaste.


Première étape dans son amour des lettres : Camus. Louis Malle admire l’aut...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi