Sur le même sujet

A lire aussi

Une fiction historique

« De colère et d’ennui » se présente comme une fiction historique, dont l’objectif est de donner à voir une réalité.
Thomas Bouchet
De colère et d’ennui. Paris, chronique de 1832

Quoi de mieux que de suivre une forme faulknérienne, laissant le soin à quatre narratrices successives de raconter l’année 1832, chaque voix étant fondée sur des sources de première main ?Louise est la marchande des quatre saisons qui répond sans cesse aux interrogatoires (suite à l’insurrection de 1832). Lucie rend compte de l’épidémie de peste. Adélaïde, la narratrice de loin la plus prolifique avec près de 20 lettres (contre 5 ou 7 pour les autres), permet de suivre de près l’actualité de cette année : le dernier roman de George Sand, les travaux sur les bienfaits du chocolat, etc. Ém...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi