Sur le même sujet

A lire aussi

Une "modernisation prudente de la langue"

Jean-Baptiste Coursaud réchauffe le classique de Tarjei Vesaas, le livrant à une nouvelle traduction, âpre et tranchante comme les passages de l’adolescence.
Tarjei Vesaas
Le palais de glace

Cet auteur n’est pas une découverte pour les lecteurs français : l’adaptation au théâtre de plusieurs de ses œuvres (Erwan et les oiseaux de Jean-Yves Ruf, Les Ponts ou ce Palais de glace par Stéphanie Loïk, par exemple) a contribué à nous rendre familière la prose poétique et rude du Norvégien Tarjei Vesaas, qui avait fait le choix d’écrire en nynorsk, cette variante dialectale, populaire, régionale du norvégien, face au plus livresque, au plus académique, au moins « vivant » bokmål. La question de la langue taraude donc intime...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi