Sur le même sujet

A lire aussi

Une chimère européenne

De 1867 à 1918, l’Est européen fut, du nord de l’Italie jusqu’à la Roumanie, un vaste empire à deux capitales fait d’une bonne douzaine de peuples et de langues, familièrement appelé, depuis Robert Musil, « Kakanien », où les deux k signifient impérial (kaiserlich) et royal (königlich).
Gerald Stieg
L'Autriche : une nation chimérique ?

Cet empire, l’Autriche-Hongrie, prit la succession de l’ancien empire. Ce fut une nation de compromis où l’on tenta, soixante ans durant, de concilier les inconciliables sans y parvenir. Dans son livre, Gerald Stieg rappelle que la « nation » prend, dans le climat européen de l’époque, un caractère pathologique, entraînant en tout cas une excitation mentale fiévreuse et de plus en plus agressive, jusqu’à produire la joyeuse farandole de 1914-1918, la mort programmée de l’Europe. Comme le fait remarquer Stieg au début de son ouvrage : « Avant la fondation du Reich en 1871, il y a...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi