Sur le même sujet

Livres des mêmes auteurs

Une célébration du vivant

Article publié dans le n°1157 (12 sept. 2016) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

À contre-ciel, la foi est démentie dès l’amorce, un refus fonde l’élan du premier poème : « Je ne crois pas au ciel comme séjour des bienheureux ».
Marie-Claire Bancquart
Tracé du vivant

Tracé du vivant : la secousse et, malgré l’aboutissement imparable, le cri de vivre enregistré sur un sismographe. L’inéluctable n’ayant plus à être prouvé, l’écoulement sera l’aiguillon de vivre. Les négations, « en force », semblent paradoxalement assurer la prise. Les interpellations, au corps, au soleil, sont multiples : autant de points d’appui, nulle douceur apparemment, le silence en perspective inscrite (les mots signent leur propre défaite), ils figurent entre les vers, espaces blancs, recul de la peur pour une perception accrue :


«&...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi