A lire aussi

Une année d'éveil

Il y a quelques années, Antoine Compagnon consacrait son séminaire annuel du Collège de France à l’année 1966. Une année très riche sur le plan intellectuel et culturel, une année dont on ne peut qu’avoir la nostalgie. Ce n’est pas exactement le sentiment qu’il manifeste à travers les pages de "La Classe de rhéto". Encore que.
Antoine Compagnon
La classe de rhéto

Cette année de première, dirait-on aujourd’hui, le narrateur l’a passée dans une école militaire non loin du Mans. Sans doute le Prytanée de La Flèche qui, s’il n’est pas nommé, semble correspondre à la désignation, voire à la description des lieux. C’est surtout l’endroit où les enfants de militaires entraient dans la carrière, lisant et relisant les textes « pieux » comme le très oublié Grandeur et servitude militaires, de Vigny. Compagnon, qui se désigne ici sous le nom de « Marcel », raconte cette année parmi les « ñass », faisant face à « la strasse », sous-officiers chargé...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine