A lire aussi

Articles du même critique

Un texte de première main

On pourrait dire de cette correspondance entre Kuhn et Maldiney ce que le psychiatre lui-même écrit au philosophe, le 10 décembre 1985, lorsqu’il découvre celle de Schiller et Gœthe : « Les 1 000 pages de cette correspondance sont une source infinie des vues les plus essentielles. »
Henri Maldiney
Roland Kuhn
Rencontre. Begegnung. Au péril d’exister (1953-2004)

Il n’est pas ici question d’un millier de pages, mais d’un ouvrage comprenant 390 lettres richement annotées par les éditeurs. La première et la dernière sont de Kuhn. La première, la seule rédigée à l’intention de Maldiney en français, est datée du 16 mai 1953. Elle lui est adressée afin de le remercier de la conférence qu’il prononça, devant Ludwig Binswanger, le 28 mars 1953 à la clinique de Münsterlingen. Le thème retenu était « Les conditions de l’abstraction dans l’art contemporain » et, dans sa lettre, Kuhn lui disait à quel point tous les auditeurs avaient été réjouis et impressi...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine