Sur le même sujet

A lire aussi

Livre du même auteur

Articles du même critique

Un roman à deux têtes

Après le déjà remarqué « L’Eté des charognes », Capucine et Simon Johannin signent un second roman, beau et nerveux, qui sinue entre lyrisme et réalisme. Ce couple dans la vie et devant la page pousse le cri d’une jeunesse jetée dans le monde mais rejetée par lui. Largement autobiographique, ce texte peut tout autant se lire comme une ode à la nuit, à l’amour qui sauve, à tout ce qui tremble, dont l’espoir, palpitant toujours en dépit du gros temps. Une rage toute poétique.
Capucine & Simon Johannin
Nino dans la nuit
(Allia)

« Je cherche le bout du départ pour nous dérouler la grande vie, te tailler des tangas dans le tapis rouge et plus jamais suer à courir après ce qu’il faut pour passer d’un jour à l’autre. Je sais pas comment faire alors je sors guetter, brancher la vigilance dans la rue pour voir si des fois de l’or sortirait pas de ses trous. » Chercher l’or dans la boue, extraire la quintessence d’existences prêtes à se jeter dans le monde mais rejetées par lui, briguer l’étincelle qui, tel Nino dans la nuit, attend son heure, remuer la merveille taillée dans ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi