Sur le même sujet

Un poème de Hugo

L’exposition part du poème « La pente de la rêverie » (Les Feuilles d’automne, 1831, V, VI) pour envisager les images que les mots font naître chez un lecteur. Mais il s’agit d’abord de susciter ces visions chez ceux qui n’auraient pas eu l’occasion de le lire autrement.

EXPOSITION

LA PENTE DE LA RÊVERIE

Un poème, une exposition 

Maison de Victor Hugo

6, place des Vosges, 75004 Paris

17 novembre 2016-23 avril 2017

L’exposition a d’abord procédé à une expérimentation pédagogique : ce poème a été proposé à dix classes de lycée de l’académie de Créteil, et les résultats exposés sont aussi divers que les travaux dans lesquels les élèves se sont engagés ; cela va de l’écriture d’un poème qui traite de l’avenir, alors que le poème de Hugo se réfugiait dans le passé (lycée Van Dongen, Lagny-sur-Marne), ou d’une traduction des vers de Hugo en chanson rap, dans le langage oral d’aujourd’hui (lycée Louise Michel, Épinay-sur-Seine), à la maquette d’une pente sur laquelle s’ouvrent des portes (lycée Henri Wal...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi