A lire aussi

"Un Minutieux bourreau de soi-même"

Dans un manuel de lycée autrefois très moderne - ou bien était-ce ailleurs ? -, l'expression qui définissait Lerie était celle qui figure ici en titre. la parution d'un volume Pléiade contenant ses écrits autobiographiques (à l'exception du "Journal") donne à ces mots tout leur sens.
Michel Leiris
L'Age d'homme, précédé de l'Afrique Fantôme

Il est difficile de lire Leiris sans se sentir happé, « engagé ». Qu’on lise L’Âge d’homme à vingt ans ou beaucoup plus tard, on est pris à la gorge. Georges Bataille l’écrit de façon claire, définitive : « Comment nous attarder à des livres auxquels, sensiblement, l’auteur n’a pas été contraint ? » On en dirait d’ailleurs autant de lui, Bataille.


La première page de L’Âge d’homme, déjà, frappe par sa densité ; et cet autoportrait surprend qui met en relief les défauts physiques, manies et autres signes astrologiques à...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine