A lire aussi

Livre du même auteur

Un malheur allemand

On commence à aimer l’Allemagne dans le roman français, l’Allemagne souvent décrite avec naïveté, balancée entre romantisme et consommation, bars à la mode pour montrer qu’on connaît et "Museumsinsel" pour faire voir sa « culture ». Assez peu de récits cependant qui puissent éclairer le lecteur ou lui faire sentir, ou au moins entrevoir, la réalité telle qu’elle s’est édifiée sur un fond particulièrement tragique, encore présent comme un arrière-goût que rien ne vient vraiment dissiper. 
Alban Lefranc
Si les bouches se ferment

L’Allemagne est devenue sa propre mémoire, c’est ce dont témoigne le présent livre d’Alban Lefranc : puissant, intense et d’une violence cristalline, il mène au cœur de cette extraordinaire tension qui fit éclater la société allemande à la fin des années soixante du siècle dernier.


À cette époque, tout juste vingt ans après la fin de l’hitlérisme, le procès de Francfort, où furent jugés de 1963 à 1965 les bourreaux d’Auschwitz, mit soudainement fin au silence qui avait lourdement pesé sur la RFA d’Adenauer, dans laquelle personne n’avait rien su ni rien vu. Ce fut un événement ma...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine