Sur le même sujet

A lire aussi

Un livre à oublier

Toni Morrison publie son dernier livre, Délivrances, qui, comme les deux précédents, est de taille modeste. Heureusement, car, hormis quelques pages où se retrouvent la vigueur et le prose imaginative de ses grands romans (Sula, Beloved...), ce dernier opus est très médiocre.

Les thèmes de Délivrances sont ceux qu’on a pu rencontrer dès le début de l’œuvre de l’auteure et l’on pouvait donc espérer trouver, après plus de quarante ans de carrière, une sorte d’aboutissement ou de nouvelles variations sur les sujets qui sont les siens : la difficulté d’être noir dans une société d’un racisme féroce, l’interpénétration du passé et du présent historique et personnel. Cela se formule souvent chez Morrison autour des souffrances, quasi indélébiles, infligées à un individu dans l’enfance et qu’il inflige à son tour aux autres, mais aussi de la possibilité qui...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi