« Un inconfort vivant, une transmission des questions ». Entretien avec Patrick Guyomard

Que devient la psychanalyse ? À poser ainsi la question, on paraît évoquer une figure vaguement familière, un peu désuète, telle une vieille parente dont on s’enquiert, un peu inquiets… La psychanalyse serait démodée, quand elle n’est pas carrément dénoncée. Lointaines semblent ses heures de gloire pour nous qui en tentons pourtant la pratique. Patrick Guyomard, psychanalyste, président de la Société de psychanalyse freudienne (SPF) et professeur d’université, nous a proposé d’échanger autour des questions touchant au « devenir » de la psychanalyse. Un dialogue animé par l’idée de croiser nos regards d’anciens et de nouveaux plutôt qu’un entretien avec un maître, tel était le projet !

Patrick Guyomard : Je vois cet entretien comme l’occasion d’un dialogue entre générations d’analystes. À la SPF, j’ai constaté des manières nouvelles d’aborder la question de la formation, du passage vers la pratique, du rapport à l’institution, chez les jeunes analystes. Cette différence de vues, je ne la juge pas négativement, mais j’ai le souci d’une transmission théorico-clinique qui garantisse que mes collègues puissent intégrer suffisamment leur analyse personnelle dans le partage avec d’autres, en se soutenant d’un corpus t...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi