A lire aussi

"Un homme qui dort"

Article publié dans le n°1085 (01 juin 2013) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Par les hasards des programmations, deux mises en scène offrent actuellement un spectacle rare au théâtre : celui du sommeil. Volodia Serre adapte au Vieux-Colombier le célèbre roman d’Ivan Gontcharov. Benoît Lambert reprend à la Colline "Dénommé Gospodin" de Philipp Löhle, créé au Centre dramatique national de Dijon Bourgogne qu’il dirige.

IVAN GONTCHAROV

OBLOMOV

Mise en scène de Volofia Serre

Vieux-Colombier

Jusqu'à 9 juin 2013

 

PHILIPP LÖHLE

DÉNOMMÉ GOSPODIN

Mise en scène de Benoît Lambert

Théâtre national de la Colline

Jusqu'au 15 juin 2013

Dormir au théâtre est chose fréquente, dans le public, pour les spectateurs et certains critiques, parfois enviés par d’autres qui aimeraient jouir de la même faculté. Le sommeil en revanche semble contraire à l’action dramatique, à moins qu’il ne s’accompagne de somnambulisme ou de songes. Oblomov est d’ailleurs un protagoniste de roman et Gospodin celui d’une pièce qui alterne dialogues et récits, rapporte les crises de narcolepsie par une narratrice. Ils partagent cette propension à l’endormissement diurne comme manière de se protéger des sollicitations intempestives de leur entourage...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine