A lire aussi

Un héros de son temps

 Au cœur de l’œuvre de Jean Echenoz, la vitesse. Elle est omniprésente, qu’il évoque Zatopek et sa manière de déséquilibrer l’adversaire par des courses brusques, ou les mouvements erratiques de personnages en fuite, comme dans Nous trois qui reparaît en poche. Et la vitesse est question de rythmes : parfois on ralentit, soudain on accélère, laissant sur place un coureur ou un lecteur à la fois éberlué et admiratif.
Jean Echenoz
Des éclairs
(Minuit)

Des éclairs est le troisième roman bâti autour d’une personne réelle, une « vie » donc. Mais comme il est écrit au dos du roman, c’est « une fiction sans scrupules biographiques ». Après Ravel et Zatopek dans Courir, Echenoz invente son Gregor (sans e comme Emil) à partir de Nikola Tesla, ingénieur né au cœur de l’Europe, plus au sud que le coureur tchécoslovaque. Le narrateur se place de biais, comme une sorte de conférencier discret qui présenterait son personnage. Des adresses au lecteur auditeur ponctuent son exposé, jouant parfois sur des « eh bie...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine