Sur le même sujet

A lire aussi

Un général résistant du IIIe Reich

C’est chez le fabricant de pianos Bechstein qu’Adolf Hitler apprit « comment on tient son couteau à table », c’est chez lui aussi que Kurt von Hammerstein fit en 1925 la connaissance du même Hitler. Il sut dès l’abord à qui il avait affaire. 
Hans-Magnus Enzensberger
Hammerstein ou l'intransigeance, une histoire allemande

Il le revit à plusieurs reprises, comme colonel et puis chef d’état-major de l’armée allemande déjà reconstituée, il entra en hésitation d’abord et bientôt en résistance ouverte, dès un dîner du 2 février 1933 auquel il fut contraint en tant que chef de la direction de l’armée de le recevoir. Déjà le 15 août 1932 il avait noté : « Désormais je peux à nouveau dormir tranquille, car je sais à présent que je puis éventuellement donner l’ordre à la troupe de tirer sur les nazis. »


Son opposition à Hitler étant patente, il dut démissionner en février 1934 et fut brièvement réengagé en...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi