A lire aussi

"Un être périphérique"

Paul Steiner est ailleurs. Même quand il est là, il est absent. C’est le principal reproche que lui adresse Sarah, sa compagne. C’est aussi pour cela qu’elle a tenu à se séparer de lui. Il supporte très mal cette rupture et le fait de ne plus voir ses enfants chaque jour. Des soucis familiaux l’obligent à revenir en région parisienne pour s’occuper de ses parents et à la crise conjugale s’ajoute le bilan d’une existence en banlieue, bilan d’une époque sombre. C’est le thème des Lisières.
Olivier Adam
Les lisières

Écrit entre février et décembre 2011, ce gros roman d’Olivier Adam est un texte de crise. Pour qui connaît l’écrivain, qui a lu Falaises, À l’abri de rien, voire les romans publiés en collection jeunesse à L’École des loisirs, Les Lisières se lit à la fois comme une amplification de ces livres, et une somme après laquelle, peut-être, l’auteur tirera le trait. Jamais Olivier Adam n’était allé aussi loin dans l’exploration des thématiques qui sont les siennes : la solitude des individus comme des lieux, l’abandon, les relations douloureuses entre parents et ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine