A lire aussi

Un étrange apprentissage

Stewart O’Nan interroge le sentiment de vieillir, ses implications troubles, le poids de la vie tout entière, et donne corps à un étrange roman d’apprentissage inversé.
Stewart O'nan
Emily (Emily, alone)

À la fin, nous sommes toujours seuls, étrécis, singulièrement compacts, comme égarés au bord de notre vie, emportés par le mouvement d’un « passé opiniâtre », réduits à une existence minuscule totalement inscrite dans un présent qui grossit démesurément, circonscrite par la survie et « la précarité des choses ». Emily, matriarche de la famille Maxwell, n’échappe pas à la règle et, arrivée « à un âge où tout n’était que stagnation et attente », s’abîme dans un quotidien que viennent seulement troubler quelques incidents mineurs et les questions qui la hantent à ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine