A lire aussi

Un été prodigieux

En entremêlant l’histoire de sa mère et celle de Bernanos, sa langue propre et celle de ses origines, Lydie Salvayre signe assurément son plus beau livre.
Lydie Salvayre
Pas pleurer
(Seuil)

Lydie Salvayre franchit un cap. Pas pleurer s’apparente à une syncope dans une œuvre qui parfois tournait un peu à vide, empêchée en quelque sorte par certaines mécaniques littéraires, des dispositifs habiles ou des sujets un peu abstraits. Depuis BW, l’auteure semble avoir admis un frottement avec sa réalité, son expérience, comme si la vie devait surgir dans la littérature, sa littérature, en un mouvement inexorable.


La littérature, c’est – ultimement – la vie. Ainsi, la narratrice de cet étrange roman – à la fois roman historique, saga familiale à la sauce ib...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine