A lire aussi

Un dictionnaire du rap. Entretien avec Jean Pruvost

NQL : Vous travaillez à la conception d’un dictionnaire du rap : pourquoi ?


Quand on se passionne pour l’histoire de la langue française, toutes les facettes de la langue sont à étudier. Or, la langue des jeunes, qui reprend souvent celle du rap, est beaucoup plus riche qu’on ne l’imagine, et les mots utilisés par les rappeurs ont souvent une longue histoire. Peu de lettrés connaissent cette histoire, parce qu’ils n’écoutent que rarement du rap ; et des mots comme boloss, seum, blerni, dawa, enjailler, bando, leur sont étr...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi