A lire aussi

Un condensé pasolinien

Article publié dans le n°1088 (16 juil. 2013) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

« Je suis un bourgeois », écrit Pier Paolo Pasolini dans Ce que je suis. Et il insiste : « Je ne suis qu’un petit-bourgeois ». Comme saint Paul, il a été élevé dans un milieu aisé – son père était militaire. Comme saint Paul, qui possédait la maîtrise du grec, il a suivi des études qui l’ont rendu apte à enseigner et ont fait de lui un intellectuel.
Pier Paolo Pasolini
Saint Paul
(Nous)

Comme saint Paul, enfin, qui, avant sa conversion, manifeste son zèle pour le judaïsme enseigné par les Pharisiens et rejoint les persécuteurs de Jésus, il a commencé, en 1939, par faire partie d’un groupe « viril et guerrier » affilié au fascisme. En 1943, il rejoint une organisation de jeunes fascistes et devient le rédacteur en chef de leur journal. Mais très vite il se brouille avec le directeur et commence à prendre des distances avec leurs idées politiques.


C’est assez, toutefois, pour que la mauvaise conscience, le doute quant à la pureté des intentions et des en...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine