A lire aussi

Un Big Brother islamiste

Dans son septième roman, l’écrivain algérien Boualem Sansal met en scène une dystopie théocratique. S’inspirant de 1984 de George Orwell, dont certains éléments sont explicitement intégrés dans son texte, Sansal imagine un monde globalisé où l’on s’habille en burnous plutôt qu’en Levi’s. Cela dit, il laisse en suspens la question suivante : les deux se valent-ils ?
Boualem Sansal
La fin du monde

C’est en regardant à la télévision, fin août, l’émission « On n’est pas couché » que j’ai eu envie de lire 2084. Ce soir-là, la fracture idéologique contemporaine s’est manifestée de façon particulièrement violente : Christine Angot et Michel Houellebecq, deux des romanciers français les plus importants d’aujourd’hui, invités sur le même plateau, ne sont pas apparus ensemble devant les caméras, mais l’un après l’autre, expression concrète d’un boycott. 

Il n’y avait là rien de surprenant : au mois de janvier, lors de la publication de Soumission, dernier ro...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine