A lire aussi

Troubles poétiques de la personnalité

Raoul Ruiz aura été un libre-penseur, écrivain en herbe, cinéaste profus, né en 1941 au Chili et disparu à Paris en 2011. Comment parcourir avec une audace teintée de plaisir le vaste territoire de son œuvre inclassable, cent vingt films dont quatre-vingts mis à l’honneur à la Cinémathèque française jusqu’au 30 mai ? Laissons-nous guider par les formules magiques de l’auteur.

RÉTROSPECTIVE RAOUL RUIZ

La Cinémathèque française

51, rue de Bercy, 75012 Paris

30 mars-30 mai 2016

Tous les acteurs s’accordent à ce sujet. Anne Alvaro, Catherine Deneuve, Melvil Poupaud, Marcello Mastroianni, John Malkovich, sont instantanément tombés sous le charme de Raoul Ruiz. Son accent vaguement chilien invite à prendre le large, son impétuosité pleine de promesses rend le présent d’ores et déjà cinématographique. Dans l’esprit de cet enfant de capitaine bercé par les récits de voyage, réels ou légendaires, le cinéma est un art intempestif de la résurgence, à même de tordre le cou à la chronologie linéaire et à la filiation directe. Gabriela Trujillo a retracé, en finesse et en...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi