Sur le même sujet

Trois poètes et leur pas de côté

Quand un poète regarde les œuvres d’un photographe, d’un peintre, d’un torero, les deux premières, statiques et inscrites dans le temps, la dernière, mouvementée et fugitive, que se passe-t-il ? Et comment s’y prend-il quand il décide de se frotter à d’autres arts, de sortir de son champ spécifique, de dériver avant de revenir au sien, enrichi par son pas de côté ?
François Dominique
John Batho
Atout cœur (Virgile)
Béatrice Bonhomme
Variations du visage et de la rose (L'Arrière-Pays)
Ludovic Degroote
José Tomàs (Editions Unes)

De François Dominique, romancier et poète, nous dirons qu’il retrouve, à l’occasion d’Atout cœur, le ton de ses premiers ouvrages, plus inspirés par sa biographie que les suivants. Son texte commente et accompagne des photos que John Batho réalisa du jeu de cartes de ses parents, l’un et l’autre disparus. Demeurent les cartes, dont les couleurs et les dessins n’ont laissé que des traces, qui ressemblent à celles d’une peinture abîmée par le temps.


Méditation sur la disparition des êtres aimés, celle du père d’abord, celle de la mère ensuite. Tous deux s’aimaient, tous de...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi