Sur le même sujet

Trois livres sur Proust

Les pages de Proust sur le livre préféré et les jours de l’enfance rendus plus pleins grâce à lui sont devenues une sorte d’emblème du temps que l’on passe avec l’œuvre proustienne et les métamorphoses de soi que sa lecture entraîne. Les trois livres ici recensés témoignent chacun à leur manière de cette fréquentation constante dont l’énigme devient celle de l’existence même, à tenter de comprendre. 
Jacqueline Risset
Une certaine joie. Essai sur Proust (Hermann)
Thierry Marchaisse
Comment Marcel devient Proust. Enquête sur l'énigme de la créativité (Epel)
Diane De Margerie
Diane De Margerie
Proust et l'obscur (Albin Michel)

Jacqueline Risset comme Thierry Marchaisse ouvrent leur lecture de Proust par cette référence à la préface de Sésame et les lys sur le « livre préféré ». Avec À la recherche du temps perdu, écrit Jacqueline Risset, « les découvertes advenaient à chaque page, un horizon inattendu s’ouvrait, dont il était déjà clair qu’il ne cesserait plus, désormais, de s’agrandir ». Cet agrandissement du monde et de la vie offert par un livre tient au secret que l’œuvre recèle et qui devient un « pour soi » déterminant. Une relation intime se noue avec le livre qui fait dès lors étroite...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi