Sur le même sujet

A lire aussi

Livre du même auteur

« Tout est fiction et rien n’est fiction »

Article publié dans le n°1096 (01 janv. 2014) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Daša Drndić est l’auteur de Sonnenschein (QL n°1 085), paru au printemps dernier. Ce « roman documentaire » se déroule à Trieste pendant et après la Seconde Guerre mondiale, mais il commence bien avant, dans la vallée de l’Isonzo où Italiens et Austro-Hongrois s’affrontent autour de Caporetto. Il s’achève bien après, quand on découvre ce qu’a été l’occupation nazie dans la ville italienne, et le sort des Lebensborn, enfants de « type aryen » élevés selon un modèle rêvé par Himmler. Nous avons voulu en savoir plus sur ce roman et les questions qu’il soulève aujourd’hui, sur sa relation avec l’Histoire.

Norbert Czarny : D'abord une question simple, sur un point que nous développerons : « roman documentaire » pouvez-vous indiquer de façon rapide ce qui est de l'ordre de la fiction ? En clair, Haya Tedeschi a-t-elle vécu ?


Dasa Drndi : Dans la littérature, tout est fiction et rien n'est fiction. La littérature, pour moi, est une nouvelle réalité, conforme ou non à la réalité extérieure, celle que l'on considère comme objective et qui, elle aussi, peut être sujette à caution. On peut donc dire que Haya Tedeschi existe et n'exis...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi