A lire aussi

"Tout ce qui arrive est adorable"

Article publié dans le n°1062 (01 juin 2012) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Comment concilier l’esprit scientifique avec la figure et le mystère du Christ ? On peut peut-être accommoder la théorie de l’évolution à une certaine interprétation des textes sacrés et de leur signification spirituelle. Mais peut-on concilier la science, son matérialisme et son principe d’objectivité de la nature, avec le miracle qui habite la foi ? Tel est pourtant le paradoxe qui porte, en France et dans l’histoire de la paléontologie humaine, le nom de Teilhard de Chardin.
Jean-Jacques Antier
Pierre Teilhard de Chardin ou la force de l'amour

Ce père jésuite avait une double face : il fut un efficace paléontologue de terrain et un ardent collecteur de fossiles, élu à l’Académie des sciences ; par ailleurs, il se qualifiait volontiers de « boy du bon Dieu ». Pour expliquer cette dualité, le livre de Jean-Jacques Antier n’échappe pas toujours aux conventions du genre biographique, recourant à l’idée de deux héritages : celui de la mère, « étincelle » qui fit « jaillir le feu », celui du père, représentant des puissances terrestres, donnant « le goût des choses et le sentiment de l’empreinte du temps sur elles ».


Riche d...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine