Sur le même sujet

Torche dans la caverne

Article publié dans le n°1208 (01 févr. 2019) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

En cinq « présentations », « Crocus » prolonge « Monstrueuse », le recueil précédent de Jean Daive chez le même éditeur : cette fois les « monstres », les prodiges, sont deux artistes et deux écrivains, plus un enfant. Le livre « Jean Daive, un décompte » permet à Jean-Michel Gentizon de revenir sur des éléments biographiques et d’autres influences « monstrueuses » revendiquées par le poète.

Crocus nous présente donc Paula Rego[1] et Toni Grand, nés en 1935, puis Robert Creeley, mort en 2005 comme Toni Grand. Le poète américain, mort à Odessa (Texas), croise Isaac Babel, né à Odessa (Ukraine). Nombreux sont les fils qui relient entre eux ces créateurs dans la fraternité de Jean Daive.


Le titre, Crocus, fait entrevoir le surgissement de la beauté à la fin de l’hiver et celui de la poésie par un poème de Paul Celan qui débute ainsi : « Crocus de chaux, dans / l’éclaircie : ton / De-là-...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi