Sur le même sujet

A lire aussi

Topor écrivain

L’exposition de la BnF donne un coup de projecteur important sur les dessins de Topor. Il ne faudrait pas oublier l’écrivain qu’il fut et que les éditions Wombat contribuent activement à faire connaître.

Gris sur gris (portrait de Juan Gris ?) 
coll. part., Cambridge, 1918
dessin publié dans Les Photographies conceptuelles d’Erwahn Ehrlich (1894-1961).

L’activité littéraire de Roland Topor ne s’éloigne pas significativement de son activité artistique ; elle prolonge, grâce à d’autres médiums, son regard porté sur l’humain. Les influences de Kafka, de l’Alice de Carroll, de l’Ubu de Jarry, sont toujours autant perceptibles. Écrivain prolifique, il s’est essayé à presque tous les genres : du roman (Joko fête son anniversaire ou Le Locataire chimérique, qui sera adapté au cinéma par Roman Polanski) à la nouvelle (les recueils Café Panique – histoires de comptoir – ou Vaches noires, publié de f...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi