A lire aussi

Livres des mêmes auteurs

Tombeau pour Diana

En racontant l’histoire du martyre de Diana, morte à huit ans des sévices que lui ont infligés ses parents, Alexandre Seurat a choisi de se confronter à une vérité pathétique sur fond d’horreur criminelle. De cette histoire réelle qui remonte à quelques années (les noms ont été changés), il a tiré un livre à mi-chemin entre la chronique judiciaire et la recomposition littéraire. Un ouvrage aussi bref que dense, dont la lecture est comme une blessure.

Il fallait un jeune auteur – Alexandre Seurat a trente-six ans –, et un premier livre n’ayant pas à confirmer ou infléchir une réputation déjà acquise, pour avoir un tel courage : oser un livre qui s’apparente à un compte rendu de cours d’assises, puisqu’on y entend successivement les témoignages et les dépositions de tous les intéressés, sans que l’auteur apparaisse jamais. Le lecteur est confronté à la violence nue des propos, à la solitude pathétique traversée de culpabilité de ceux qui n’ont rien pu faire, et qui, après coup, reconnaissent qu’ils savaient déjà. Ainsi, l’institut...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine