Sur le même sujet

A lire aussi

Articles du même critique

Testament de Jean Bollack

Au moment de sa mort, en décembre dernier, Jean Bollack était encore enfermé dans la relecture finale des notes qui devaient faire ce livre. Puis le travail acharné de Mayotte Bollack et d’amis proches en a permis la publication. 
Jean Bollack
Saul Bellow
Au jour le jour
(PUF)

Ce n’est pas le journal d’une vie. La décision d’écrire comme à la volée, sur papier, à l’ancienne, en marge des lectures, des rencontres, et aussi des rêves et des événements du monde, a été prise tardivement, même si Jean Bollack a eu une vie d’écrivain. Sans doute qu’après et à côté des grands livres systématiques centrés sur un texte ou un auteur (Empédocle, Épicure, Sophocle, Paul Celan…), il fallait que l’écriture, déchiffrée chez les autres, tourne son acuité, sa capacité première à trancher, à distinguer, vers le présent tel qu’il est en train de se faire, présent qui semble d’ab...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi