A lire aussi

Technologie et Modernité

Jean-Baptiste Fressoz expose la vivacité des controverses autour des risques et des nuisances qui accompagnèrent l’entrée de la France et de la Grande-Bretagne dans la société industrielle. Plus profondément, en se situant dans la longue durée d’une histoire bi-séculaire, son ouvrage restitue une enquête approfondie sur les manières de penser l’agir technique et celles surtout de « l’imposer comme seule forme de vie légitime ». La démonstration est convaincante : le grand siècle du progrès ne fut pas seulement technophile, mais aussi celui d’une première prise de conscience  de l’entrée des sociétés industrielles dans certains risques qu’il s’agissait aussitôt de relativiser.
Jean-Baptiste Fressoz
L'apocalypse joyeuse. Une histoire du risque technologique

Les premiers chapitres traitent de la biopolitique des corps et d’abord de la célèbre controverse de l’inoculation de la petite vérole, maladie qui tuait une personne sur sept en Europe au XVIIIe siècle. La mise en œuvre de la technique de l’inoculation permit « d’étendre la rationalité probabiliste à la vie elle-même ». Après l’émergence de la casuistique du risque en Nouvelle Angleterre, puis en Grande-Bretagne, en France, les propagandistes de l’innovation « utilisèrent justement les probabilités pour réordonner l’autorité dans le corps politique ». Ainsi, en 1754, le géomè...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine