Sur le même sujet

Survoler et détruire

Article publié dans le n°1106 (01 juin 2014) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Par la puissance de destruction qu’elle a rendue possible, l’invention du bombardement aérien a radicalement changé la manière de faire la guerre. Depuis qu’un lieutenant italien a lâché une bombe dans le ciel de Tripoli, le 1er novembre 1911, le développement de la guerre aérienne a bouleversé ce qui constituait jusqu’alors le fondement même des pensées de la guerre : la frontière entre guerre et paix, combattants et non-combattants.
Thomas Hippler
Le gouvernement du ciel. Histoire globale des bombardements aériens

En historien, Thomas Hippler raconte les évolutions de l’aviation militaire, de ses stratégies, de ses enjeux. En philosophe, il en décèle les conséquences pour les concepts de démocratie et de peuple, « puisque la stratégie contient implicitement toute une philosophie politique ». Auteur d’un premier travail consacré à Giulio Douhet (1), militaire italien oublié qui théorisa le bombardement aérien en pleine Première Guerre mondiale et influença cent ans de pratique militaire occidentale, il déconstruit la guerre telle que ceux qui ne la vivent pas la perçoivent depuis qu’e...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi