Sur quelques absurdités quotidiennes dans les sciences sociales

Article publié dans le n°1211 (16 mars 2019) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

6. Les faits (suite) 


Et pourtant Bruno Latour parle defaits.Mais, selon son habitude, il donne à ce mot un sens particulier. Selon lui, loin d’être immédiatement accessible, lefaitse construit par des débats, des discussions, des polémiques, qui conduisent à un accord accepté par la communauté scientifique (voir Bruno Latour,La Science en action, Gallimard, coll. « Folio Essais », 1995). Tous acceptent enfin la validité d’une information qui devient alors ce que Latour appelle un fait.


Il sera...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi